Actualité
Share
lundi 23 mars 2020 - 09:45

CORONAVIRUS - MESSAGE DU PRESIDENT A LA PROFESSION

Chères consœurs, chers confrères,
 
Nous rentrons dans la seconde semaine de confinement et je voudrais tout d’abord vous exprimer ma fierté d’être expert-comptable et ma fierté de voir plus de 2 000 experts-comptables de notre région, unis dans un but commun : accompagner et sauver les entreprises.
Nous pouvons être fiers de notre engagement pour accompagner et conseiller nos clients, même si cette première semaine a été compliquée avec, dans un premier temps la mise en place d’une organisation visant d’une part à mettre en sécurité nos équipes et d’autre part à assurer la continuité du service pour les clients. Cette première semaine a également été marquée par une grande cacophonie entre les discours du gouvernement et les retours quotidiens auprès des administrations régionales.
 
Nous avons essayé et allons continuer de régulièrement vous informer des différents mécanismes mis en place. Le CROEC Provence Alpes Cote d’Azur est présent dans les différentes réunions de crise organisées dans toute la région, que ce soit au niveau de la préfecture régionale ou des différentes préfectures départementales.
Je voudrais remercier l’ensemble des élus du conseil qui sont mobilisés pour faire entendre la voix de la profession, dans cette période où notre expertise de l’entreprise est capitale.
 
Nous participons également à la cellule mise en place au niveau de la Région et des Chambres de Commerce et de l'Industrie du territoire. Notre profession est un atout précieux pour l’ensemble des décideurs de notre région et sa connaissance du tissu économique est unanimement saluée.
Il est plus que temps que  le gouvernement se rende compte qu’il doit compter sur les experts comptables pour passer au mieux la crise actuelle et nous laisser faire notre travail.
 
> Normalement une grande partie des textes devraient sortir définitivement cette semaine, nous donnant la sérénité pour accompagner et conseiller nos clients. Notre rôle, en première ligne sur les différents mécanismes, nous a permis de peser, pour faire modifier avec d’autres acteurs, les modalités de mise en œuvre.
 
> La cacophonie des textes est insupportable pour notre profession et encore plus en période de crise ou nous sommes pris entre les déclarations du gouvernement et nos clients.
Si on prend l’exemple du décret sur la prime de 1500 €, le texte a évolué 3 fois en 48h, d’un texte avec quelques codes APE, et excluant les professions libérales et les dirigeants TNS ou président de SAS, il a normalement abouti à un texte incluant tous le monde avec certaines limites et la prime versée au niveau de l’entreprise pour n’exclure personne. Le conseil régional a pesé avec d’autres acteurs pour éclairer les décideurs de la réalité du terrain. Il en est de même pour l’activité partielle ou notre lecture restrictive en début de semaine dernière était la bonne, ce qui a amené un lobbying pour faire évoluer la doctrine.

> La cellule de crise et de coordination mise en place dès vendredi 13 mars a reçu plus de 2 000 mails, ce qui nous permet de réagir pratiquement en temps réel pour essayer de faire bouger les lignes.

> Au niveau de l’activité partielle, nous rencontrons de grosses difficultés pour nous connecter au site, les codes arrivent au compte-goutte et quand enfin on arrive à se connecter, les établissements ne sont pas présents. Nous faisons remonter quotidiennement à la DIRECCTE les difficultés rencontrées.
D’après les derniers éléments de la Direccte (lundi 23/03 8h) les codes sont adressés dans un délai de 5 jours actuellement et la modification permettant de saisir les demandes par entreprise et non plus par établissement n’est pas encore opérationnelle (fonctionnalité ouverte par le décret à venir).

> Au niveau des impôts, plusieurs cas de difficultés concernant des demandes de pièces pour des remboursements de crédit de TVA ou de contrôle sur pièces nous sont remontés et nous les avons transmis au Directeur régional. La suspension des contrôles doit se vérifier dans les actes et nous demandons aussi une simplification des demandes de remboursement de TVA. N’hésitez pas à nous faire remonter les difficultés rencontrées.

> Nous sommes également en discussion pour le report de la date limite des liasses fiscales (notre demande après le 30/09). Nous aurons vraisemblablement un report, un article est prévu dans le projet de loi d’urgence mais nous n’avons pas encore de date.

> Si vous rencontrez des difficultés avec les banques pour les mises en place de facilités, il faut aussi les faire remonter au CROEC qui est en relation avec la fédération des banques.
 
> J'ai également effectué une demande auprès des OGA pour la suspension des EPS.
J’en profite également pour saluer le dévouement de l’équipe de permanents du conseil régional qui unie autour de la Secrétaire Générale fait un travail formidable dans des conditions compliquées.
 
Nous avons une grande responsabilité en étant le principal conseiller des entreprises et nous devons aussi penser à l’après crise.

> La communication du Conseil dans les médias va être tournée cette semaine sur notre rôle essentiel dans la gestion de la crise et sur la nécessité pour les entreprises de générer le maximum de trésorerie en utilisant pour celles qui en ont besoin les différentes aides mises en places mais en ne stoppant surtout pas le règlement des fournisseurs au risque d’une catastrophe économique encore plus grave. Nous sommes tous le fournisseur d’une autre entreprise et si tout le monde arrête de payer c’est la banqueroute généralisée.
 
Je compte sur chacun d’entre vous pour faire passer le message auprès de ses clients. Nous avons un rôle essentiel à assumer dans cette crise.
Mais nous devons aussi garder en tête que nous gérons aussi une entreprise et devons penser à utiliser les mécanismes d’aides pour nos cabinets en cas de besoin.
 
> J’ai expliqué à la DIRECCTE que le télétravail est une solution mais doit être limité dans le temps car si nous ne pouvons pas voir nos clients, nous serons progressivement amenés à passer une partie de nos équipes en activité partielle, ce qui a été validé. Nous allons devoir justifier d’une baisse d’activité dans nos cabinets (le COVID 19 n’est pas un motif valable). Nous allons justifier de la baisse d’activité (attestation de clients refusant de se déplacer…). N’hésitez pas là aussi à faire remonter au CROEC les difficultés que vous pourriez rencontrer pour vos cabinets.
 
> Au niveau des cotisations, je n’ai pas fait de communication spécifique, car il est évident que ce n’est pas la priorité du moment mais le délai du 31 mars est bien évidement repoussé au 30 juin pour l’instant.
 Nous restons mobilisés pour cette deuxième semaine de confinement et nous reviendrons régulièrement vers la profession dès que nous aurons des informations importantes (décret 1500 €, texte officiel activité partielle….).
 
Prenez soin de vous.

Confraternellement, 
 
 
Lionel CANESI
Le Président du Conseil Régional de l'Ordre des Experts-Comptables Provence-Alpes-Côte d'Azur