Actualité
Share
lundi 21 novembre 2016 - 17:00

Notre grand plan numérique garantit le meilleur service au moindre coût

 

Lancée il y a deux mois, la numérisation des archives du Croec Marseille Paca en partenariat avec l'Esat des Catalans / Institut Départemental de Développement de l’Autonomie (IDDA) de Marseille est en bonne voie de finalisation. Entretien avec Mohamed Laqhila, Président du Croec Marseille Paca, sur cette opération qui compose l'une des étapes du grand plan numérique lancé au début de sa mandature.

 

 

E-contact – Que représente pour vous ce projet de numérisation des archives du CROEC Marseille Paca qui se déroule à l'approche de la fin de votre mandature ?

Mohamed Laqhila : Tout d’abord, ce projet n’est pas né aujourd’hui ! Ce n’est que la partie visible du grand plan numérique que nous avons commencé à nous imposer dès mon arrivée à la présidence du Conseil régional de l’ordre des experts-comptables Marseille-PACA en 2013. La modernisation d’une instance comme la nôtre prend du temps. C’est un vrai projet avec des contraintes, des phases et des difficultés à surmonter, un projet qui a impacté nos équipes, nos investissements, nos outils web. Dans une logique de dématérialisation, nous avons prioritairement refondu notre site Internet qui permet désormais d’offrir des services en ligne et nous avons naturellement revu nos méthodes de travail au service des cabinets.

E-contact – Qui a porté ce projet de grand plan numérique ?

Mohamed Laqhila : Les élus, bien sûr, mais surtout les équipes qui ont consacré dans leur organisation, des temps significatifs pour la conception de notre GED, du site web, du plan de numérisation de 90 m³ d’archives. Nos équipes se sont également formées, ont pris des responsabilités et géré les différentes étapes du projet, notamment en participant à l’élaboration du cahier des charges et en sélectionnant des prestataires. C’était aussi notre engagement en matière de gouvernance et de management : faire participer et mobiliser ceux qui sont sur le terrain et qui connaissent les besoins de l’instance et des cabinets.

E-contact – Pour la phase de numérisation des archives, pourquoi avoir choisi de travailler avec l’Esat des Catalans ?

Mohamed Laqhila : Parce que c’est l'un de nos autres engagements : être une profession citoyenne, engagée sur son territoire et, à prestation et tarif équivalents, voire inférieurs, il s'agissait d'une belle opportunité de contribuer au fonctionnement d’une structure qui, depuis plus d’un siècle, favorise l’insertion professionnelle de personnes handicapées.

E-contact – Est-ce difficile de confier la responsabilité de la poursuite de ce projet au prochain Président élu ?

Mohamed Laqhila : Il n’y a pas d’inquiétude à avoir ! Les bons projets ont la vie dure ! Comme je l’ai déjà dit, ma fierté est de laisser à mes successeurs une « boutique qui tourne » ! Je fais confiance aux élus de la prochaine mandature et à l’équipe de permanents pour mener à terme cette démarche ambitieuse. Le Tableau aura été entièrement numérisé et sera donc prêt pour les prochaines évolutions numériques ; peut-être les démarches en ligne ? Suivront la numérisation des archives de la commission Déontologie et du comité Exercice illégal. Notre instance, avec cet investissement en temps et en matériel, pourra dorénavant réduire encore ses coûts de gestion grâce à l’économie réalisée sur la location d’espaces d’archivage. Ce sont ces actions, peu visibles, qui les unes après les autres nous permettront sur le long terme de garantir le meilleur service au moindre coût.